[Live Report] X Japan - Zenith

Publié le par Métastases

http://img11.hostingpics.net/pics/327322XJapan.jpgPlus évenementiel que tout les festivals qui inondent l'été (et qui finissent par proposer tous la même chose), s'il y a bien un concert où il fallait être le 1er juillet, c'est à cette première venue du mythe X Japan en France. Reformés depuis quelques années maintenant, après 1 annulation d'un concert annoncé à Bercy et quelque opérations du dos pour Yoshiki, l'emblématique batteur, le groupe faisait escale dans notre capitale lors de cette première tournée européenne triomphale.

L'année dernière, Yoshiki et Toshi avait crée la surprise en apparaissant à la Japan Expo pour un showcase piano voix du plus bel effet, bien que très court. Et c'est bien en raison du caractère un peu trop léger de ce showcase que le show du Zenith était particulièrement attendu. Tout le monde ce soir là s'attendait à un vrai concert de X Japan et c'est peu dire que d'affirmer qu'il y avait de quoi combler la salle. Ne s'étant pas encombré de première partie, le groupe arrive sur scène avec quelques 45 minutes de retard, justifiant d'autant plus le fait de ne pas avoir laissé le début de soirée à un groupe. Post concert, on pourra déduire que ce retard est probablement du aux réglages de la sono, seul petit point noir de la soirée, puisque particulièrement poussive sur les premiers titres. Dieu merci, le problème sera rapidement résolu.

C'est soudainement que les lumières se sont éteintes, laissant place à un jeu de lumière savamment étudié et à une introduction sonore parfaite pour laisser Yoshiki s'installer debout derrière sa batterie, nous laissant l'admirer quelques instants avant l'arrivée des autres membres. Pata et Heath à leur place habituelle, Sugizo d'une grâce absolue en lieu et place de feu hide et Toshi au milieu, affichant une certaine présence malgré un style vestimentaire des plus douteux. Yoshiki se laisse glisser sur son tabouret et voila que le groupe lance "Jade", l'une des nouvelles compositions post reformation, provoquant dès les premiers instants de belles réactions.

"Rusty Nail", l'un des plus grand classique du groupe suit sur le champ. Le son à ce moment la n'est pas encore optimal et la voix de Toshi peine encore à se faire entendre. Yoshiki martèle ses fûts, formant un binôme d'une efficacité évidente avec Heath dont le son de basse est assez énorme ce soir la. Faisant taire les rumeurs idiotes sur le fait qu'il ne jouerait pas réellement les solos de son prédécesseur, Sugizo s'approprie sans mal le solo mythique de la chanson, ce qui sera le cas plusieurs fois sur différentes titres. Avec une belle transition a cappella, le groupe enchaîne sur "Silent Jealousy" créant une joie bien palpable dans le public. L'interprétation est impeccable et c'est avec joie que l'on apprécie un son qui commence à se stabiliser. La chanson se termine dans un tonnerre d'applaudissement, laissant Yoshiki et Sugizo s'échapper en coulisse.

Le trio restant interprète alors "Drain", chanson qu'avait composé hide sous le titre "What's Up Mr Jones" pour son album avec Zilch, supergroupe dans lequel on retrouvait à ses cotés Paul Raven et Joey Castillo. Le trio assure une prestation particulièrement efficace puis disparaît à son tour, laissant Sugizo apparaître seul avec son violon, nous régalant d'un solo aux sonorités cristallines dont il a le secret, teinté d'une grace et d'une perfection gestuelle remarquable, apportant une transition habile vers "Kurenai" débuté par le duo Yoshiki-Sugizo avant d'être rejoint par leurs acolytes. Encore une fois, un hommage à hide se fera entendre, puisque le solo sera assuré par le guitare de hide laissé en sample, laissant à Sugizo le soin de jouer une troisième guitare.

Le tout dernier morceau du groupe, "Born To Be Free", sera interprèté d'une magistrale manière avant de laisser Yoshiki nous offrir un spectacle assez unique en son genre. Seule sur scène, particulièrement en forme, il offrira au public un long solo où il alternera avec fougue ses talents de batteur et ses talents de pianiste. Énergique, impliqué, on ne pouvait que se réjouir de sentir le personnage si heureux d'être là. C'est probablement une des raisons qui ont d'ailleurs fait zapper les mauvais points techniques du concert: le bonheur de Yoshiki et même du groupe en général. Une bonne humeur qui ne peut être que communicative.

Et cette euphorie se communiquera également sur "IV", le titre qui marqua le grand retour de X Japan en figurant au générique de Saw IV. Bien rodé, le titre se laissera bien apprécier avant d'amener le premier point d'orgue du concert, l'ultra mythique "X" attendu par une salle toute entière. La prestation sera stupéfiante de force, Yoshiki écrasant ses futs et la scène de sa présence, et l'image de Pata, Heath et Sugizo se réunissant pour le solo final faisant verser une larme d'émotion à plus d'une personne dans la salle. C'est sur cette note d'émotion pure que le groupe disparait en coulisses quelques instants.

C'est quand l'attente commence à se faire longue que le groupe revient. Sugizo, Pata et Heath s'assoient ensemble sur les marches menant à la batterie surélevée de Yoshiki, celui ci se met derrière son piano et tous ensemble, avec Toshi bien sur, entament "Endless Rain". Sugizo connaîtra encore quelques petits problèmes de sons, sur le titre et après son deuxième solo au violon, puis Yoshiki commencera seul le deuxième mouvement de sa pièce maîtresse "Art Of Life". Cette symphonie mêlant heavy métal et musique classique durant à l'origine 30 minutes sera ici interprété en partie dans une version magistrale qui nous laissera appréciaer le talent de chaque membre, laissant chacun briller tour à tour, nous laissant même découvrir un final remanié, tout simplement dantesque, époustouflant.

Tout comme dans un concert japonais, le groupe restera de longues minutes sur scène pour prendre photos, lancer diverses choses, et offrir quelques instants de communication a ses fans. Ces derniers instants avec un groupe radieux et ravi d'être la nous permettront d'entendre la nouvelle version de "Forever Love" qui sera présente sur le nouvel album à venir, celle ci étant laissée en fond sonore des derniers instants. Le groupe partira ensuite, Yoshiki en dernier, visiblement ému et heureux d'avoir pu réaliser encore un peu plus le rêve qu'il projettait de réaliser avec le groupe et surtout avec hide: tourner en dehors du Japon.

Une excellente prestation donc, parfois un peu gâté par des soucis certes mais ceux ci s'effaceront dans les mémoires pour laisser le souvenir d'un grand moment. On notera la présence amusante d'un écran géant bien obsolète qui aura diffusé des animations 3D sommaires pendant le concert qui auront été tres vite oubliées. Et en terminant cet article, une pensée va à Taiji Sawada, bassiste d'origine du groupe, qui est décédé ce dimanche à l'âge de 45 ans. Il avait quitté le groupe suite à des différents avec Yoshiki et après une vie assez dissolue, avait pu renouer contact avec X Japan récemment, remontant sur scène avec eux l'année dernière. Il est désormais proche de hide, et on espère que tout les deux, ils seront fiers du parcours à venir de leurs amis celui s'annonçant des plus prometteurs.

Site Internet

Publié dans Live report

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article