[Chronique] Miyavi - MIYAVI

Publié le par Métastases

http://img11.hostingpics.net/pics/889996Miyavi.jpgC'est parfois touchant de voir un artiste évoluer. On le découvre jeune, en larmes lors du concert d'adieu de son premier groupe (Due Le Quartz) et alors que le temps passe à une vitesse parfois tout bonnement hallucinante, le voila devenu un grand bonhomme qui, à la trentaine, peut être fier du chemin parcouru.  Heureux époux et père de famille, artiste accompli se détachant de plus en plus des clichés de sa scène d'origine, Miyavi est à lui tout seul un modèle de réussite. Et ce dernier album alors ? 

Portant son nom, comme pour marquer une volonté de s'affirmer en réponse au titre de l'album précédent qui incarnait déjà un virage certain dans l'oeuvre du personnage, ce nouvel opus est également le premier à être totalement réalisé en anglais. Certains fans le savent: Miyavi s'est acharné à apprendre l'anglais presque tout seul depuis déjà plusieurs années, on peut donc comprendre sa volonté de nous faire voir le fruit de son travail. Le résultat est plus qu'appréciable puisque sans se détacher de son phrasé habituel et de cette voix un peu particulière (Monsieur aime bien mâcher les mots, pour un effet très réussi), Miyavi semble parfaitement à l'aise en anglais et ne laisse à aucun moment un sentiment d'hésitation quant à sa démarche. Un premier bon point qui devrait rassurer les fans un peu frileux à l'idée de ce changement de langue.

Toujours accompagné du batteur Bobo, rompant ainsi avec sa tradition de faire chaque album avec un line up toujours différent, Miyavi se fait plaisir et nous fait plaisir sur douze titres dont la nature prête à réflexion. En effet, si d'ordinaire chaque album était radicalement différent, on se situe ici dans une continuité certaine avec l'album précédent, le tout étant cependant enrichi de quelques sonorités que l'on pourrait vaguement qualifier d'électro. Oui, nous resterons vague sur cette appellation car il serait bien réducteur de se limiter à un vague "ouais c'est comme avant mais avec la touche Guetta"... Que l'on se rassure, on est loin de ce genre de choses. Toujours aussi inspiré, que ce soit par son très cher Keziah Jones que par des choses aux horizons plus durs, l'émérite guitariste est allé piocher d'autres influences dans des terrains inatendus.

Et c'est dès le titre d'ouverture que le résultat se fait entendre. Teinté d'effets electro, une guitare accrocheuse introduit le morceau rythmiquement avant d'être rejoint par le chant. Enrobé dans un son plus ample que jamais, le morceau s'envole rapidement et trouve son assise sans mal. Miyavi montre encore des progres dans son chant (lui qui a toujours déclaré ne pas être un chanteur, ça a fini par arriver), et Bobo fusionne encore une fois sans mal avec son partenaire. "Horizon" se place d'emblée comme l'un des morceaux les plus accrocheurs de l'album grâce a une partie de guitare virevoltante sur les couplets et à un refrain simple mais terriblement charmeur. Et en parlant de charme, comment résister à celui de "Chase It" ? C'est d'une simplicité qui pousse à tout envoyer balader autour de soi pour se laisser aller non?

Comme il faut bien ralentir le tempo un peu, c'est avec une certaine malice que se glisse "Secret" dans la tracklist. Avec une atmosphère que l'on pourrait qualifier de clairement érotique (le clip en est la concrétisation), le titre est assez représentatif du chemin parcouru. Davantage de voix, de réelles subtilités sonores ici et la, et ce jeu de guitare toujours aussi intéressant. Ce nivellement par le haut se ressent réellement sur tout l'album et il est bien difficile de trouver un titre en deçà de ce niveau de composition. Si quelques personnes pourraient être attristées par l'abandon du japonais sur cet album, sachez que sur l'excellente ballade "Guard You", la langue natale du monsieur refait son apparition pour un joli effet au service d'une chanson que l'on imagine sans peine être destiné à sa chère femme.

Depuis le début de sa carrière, il y a toujours eu une réelle sincérité qui s'est dégagé du personnage et cet album ne déroge aucunement à cette règle. Que ce soit donc au travers d'une ballade ou d'un morceau plus rythmé comme "Hell No", il y a toujours un élan de pure liberté qui s'exprime à chaque instant. Et alors que s'amorce la fin de l'album, le premier single "Ahead Of The Light" vient donner une dernière bonne claque à l'auditeur avant de terminer sur "Day 1" sorti de son album collaboratif, et "Free World', peut être plus transparente que le reste de l'album malgré une jolie performance vocale.

Encore une belle réussite pour Miyavi donc, ce qui deviendrait presque rageant au bout de douze albums. S'inscrivant à la fois dans une continuité et un renouvellement de son univers, cet éponyme mérite d'être écouté plus d'une fois que vous soyez fan ou curieux du personnage ! Ne reste plus qu'a attendre un passage en France pour profiter du talent du bonhomme ! On croise les doigts !

http://img11.hostingpics.net/pics/889996Miyavi.jpgMiyavi, MIYAVI, actuellement disponible chez EMI MUSIC JAPAN
http://myv382tokyo.com

Publié dans Musique

Commenter cet article