[Chronique] Spark Gap - The Boys From Alaska

Publié le par Métastases

http://img11.hostingpics.net/pics/308235SparkGap.jpgHum, voyons voir... La définition de "spark", la voilà: "étincelle". Ok ok, mais alors pourquoi "gap"? En rapport avec les fringues? Doit on comprendre un message caché dans le nom du groupe? Quelque chose qui nous pousserait à provoquer une étincelle dans notre cerveau et pousser à l'achat de fringues Gap? Étrange... De toute évidence, après l'écoute de l'album, aucune fièvre acheteuse vestimentaire ne s'est déclenché, les auditeurs potentiels près de leurs sous seront rassurés.

Par contre, si le groupe a d'autres choses à nous proposer, on se laisserait bien faire avec plaisir car il faut dire une chose d'entrée de jeu, c'est que l'album est plutôt réussi. Ça ne changera pas la face du monde, ni du punk rock débridé,ça ne résoudra pas le mystère du 11 septembre (qui est quand même troublant, big up à Jean Marie), mais ca permettra au moins de passer un bon moment et ça, ça n'a pas de prix, si ce n'est celui du cd mais ne chipotons pas. Spark Gap, presque comme son nom l'indique, est donc un combo punk donnant plutôt dans la face lumineuse du punk. Rien n'est crade ici, pas de traces de critiques sociales pessimisme et du "no future" dans les paroles. En gros, dites vous que le tout aurait plutôt tendance à évoquer le soleil californien que les bas fond sombres de Londres. Et puis, ça en fait un album de saison malgré qu'il se nomme The Boys From Alaska, qui serait une référence apparemment à leur ancien batteur, aujourd'hui décédé (raison probable du R.I.P Colin sur le casque de la pieuvre).

Le premier titre sent d'ailleurs bon le soleil, comme une bonne huile d'olive bio. La production est resplendissante, le chant bien maîtrisé, le tout donne la pèche d'entrée de jeu! Pour ceux qui aiment les fruits juteux, "Shoot And Fight" comblera le manque de vitamines, tout comme "Seasick In Town", prouvant encore une fois qu'un bon trio de départ est important dans un album. C'est une bonne manière de se mettre le pied à l'étrier et de se laisser aller dans le corps de l'album, tout simplement. Spark Gap réussit donc la mise en orbite de l'auditeur autour de leur univers, puisque c'est sans difficultés qu'on se laisse porter. Bien joué messieurs.

"March Of The Dead" aurait pu ralentir la cadence mais ce ne fut pas le cas. "Ladies Night" étonne par cet essai surprise dans la langue de Molière, essai plutôt réussi qu'on salue avec complicité. "L.S.D" aurait pu etre plus psyché que ça, mais réussit bien son effet quand même, ce qui est finalement presque ennuyant car toute la suite est du même acabit. Le tempo ne se ralentit pas, la capacité d'écrire des titres vraiment accrocheurs non plus, on se demande quand est ce que le faux pas va arriver. La chanson titre offre une petite pause mélodique avant de repartir sur les chapeaux de roues pour les deux derniers titres. Habile conclusion, bien joué encore une fois.

Alors au final, que peut on en conclure? Eh bien que pour un album réussi, il suffit parfois de peu de choses. Spark Gap a la formule quasi idéale, pas révolutionnaire certes, mais celle qui convient parfaitement à un vrai moment réussi, venant faire penser qu'en live, le résultat est sûrement encore au delà. On ne peut donc que leur souhaiter le meilleur, avec un tel album en carte de visite, la suite du chemin ne devrait etre que du bonheur. C'est avec plaisir et impatience qu'on attend des nouvelles.

http://img11.hostingpics.net/pics/308235SparkGap.jpgSpark Gap, The Boys From Alaska, actuellement disponible chez King Of Poo
Myspace

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article