[Chronique] Nine Inch Nails - Hesitation Marks

Publié le par Métastases

http://img11.hostingpics.net/pics/621278NineInchNails.jpgDire que le retour aux affaires de Trent Reznor aux affaires était attendu est un doux euphémisme. Malgré un excellent album sorti récemment avec son nouveau projet que l'on ne présente plus, il semblerait que l'auteur d'une jolie machine de haine soit pressé par son public de regagner la maison... Et voila le public exaucé! Alors, mesdames et messieurs... Heureux?

Lorsque l'on s'attarde un peu sur le titre de l'album, loin d'être aussi cryptique qu'il en a l'air, on peut en tirer une certaine analyse. Ces marques d'hésitation sont elles significatives du ressenti de Reznor vis a vis de sa volonté de faire évoluer le son Nine Inch Nails? Car, n'en déplaise à certains, il est bien question d'évolution sur cet album et si celle ci se fait en douceur, on ne peut nier sa présence. Il aurait été facile pour Trent de donner exactement au public ce qu'il attendait de lui : Quelques grosses guitares, des gimmicks indus en veux tu en voila et une rage a peine surjouée aurait suffi à contenter pas mal de gens. A moins que ceux ci crient alors au réchauffé... Le public est un petit être fragile et versatile, c'est bien connu et si il y a bien un avis qui est difficile à suivre c'est bien celui ci.

Cette vérité absolue gravée dans sa tête par des années d'expérience du sujet,  Reznor s'est donc attelé à la confection de ce nouvel album. Seul, il semble s'être imposé quelques petites règles du jeu qui pourrait se résumer ainsi: utiliser les couleurs habituelles différemment, et ne pas se priver pour en rajouter d'autres. Les premières notes de "Copy Of A" étonne et rassure à la fois, exactement comme si un ami de longue date refaisait surface sans prévenir. Le morceau avance progressivement, laissant ses composants se rajouter les uns aux autres, la voix du Maitre faisant en quelques sortes office de garde fou avant que le morceau s'envole. Et c'est presque sans prévenir que débarque "Came Back Haunted", qui avait eu la lourde tache d'être le premier morceau dévoilé. Efficace, prenant et bien loin des approximatives comparaisons avec "The Hand That Feed", il laisse rapidement place à une première accalmie du disque.

Ce n'est pas que l'album soit particulièrement violent, au contraire, mais des moments comme "Find My Way" se laisse apprécier avec délectation. Totalement dans l'idée que l'on peut se faire d'une ''ballade'' chez Nine Inch Nails, le morceau offre une savoureuse accalmie avant le très joli moment qu'est "All Time Low", habilement placé sur l'album pour dissiper immédiatement tout impression de redite. Pouvant se définir comme une sorte de r'n'b assez sombre, le titre dévoile une facette insoupçonné de Reznor à travers une rythmique dansante auquel il est IMPOSSIBLE de résister. Et si "Disappointed" peut paraître bien fade a coté, ce n'est qu'une fausse impression tant la saveur de la chose se devoile sur la longueur avec une partie instrumentale encore une fois très prenante.

Puisque l'on reprochait facilement à Reznor de tourner en rond, celui ci place en milieu de disque un titre qui a de quoi en étonner plus d'un. Totalement eighties dans sa sonorité, et presque plus proche d'un Cure que d'un Nine Inch Nails, "Everything" donne un véritable coup de fouet au disque et laisse planer un réel sentiment de questionnement... De quel acabit va etre la seconde moitié de l'album? 

Si ''Satellite" laissait présager d'une voie tout aussi audacieuse de par son (encore une fois) r'n'b ténébreux, la réalité est tout autre. Moins immédiate, plus planante, la suite de l'album se révèle dans un sens plus proche du travail cinématographique de Reznor. "Various Methods Of Escape" avance comme le ferait la bande originale d'un film d'anticipation tandis que "Running" rythme un peu plus la chose avec des sonorités répétitives du plus bel effet.  "I Would For You" se fait un peu plus transparente tandis que "In Two" semble transmettre une vision déstructurée d'un chaos tout relatif. Un peu trop long, l'album aurait pu (du?) se couper ici, les deux dernières pistes n'étant pas forcement les meilleures.

 

Et cet album au final?Malgré sa longueur ou son manque de futur titres cultes (en dehors de "Copy Of A" ou le déroutant "Everything"), on ne peut que saluer la cohérence et la sincérité qui se dégage de l'ensemble. Reznor n'a pas joué sur le fond en surjouant une colère qui n'est plus sienne depuis bien longtemps. Cela ne plairait pas à tout le monde, c'est évident, mais il plus que probable que les moins fermés soient ravis de cette nouvelle orientation. Verdict? L'album ne fera pas pâle figure dans votre discothèque, achetez le sans craintes!

 http://img11.hostingpics.net/pics/621278NineInchNails.jpgNine Inch Nails, Hesitation Marks, sorti le 2 septembre 2013 chez Columbia
http://www.nin.com/

Publié dans Musique

Commenter cet article

Pierre 23/02/2014 22:32

Cohérence et sincérité - tout ce que j'attends d'un album. Il y a une personnalité qui se déstructure derrière chaque titre comme le laisse entendre cet article :
http://freakosophy.over-blog.com/2014/02/anagogie-d’un-mal-la-dépersonnalisation-chez-nine-inch-nails.html

J'adore !!!! encore...