[Chronique]

Publié le par Métastases

Goldfrapp - Felt Moutains
par Domino


http://img11.hostingpics.net/pics/942572goldfrapp_cover2.jpgC’est drôle les gens qui retournent leurs vestes… Les groupes qui partent sur une idée, font un album et finalement se disent quelque chose du genre « hum pas assez racoleur, on va tenter autre chose ». Goldfrapp, c’est un peu ça et ça ne fait que se confirmer sur leur dernier album…

Mais revenons dans le temps, et précisément à leur premier album. On resitue le contexte, c’est la pleine époque du trip hop, Portishead et Massive Attack assurent un max de chez max, et voila donc que des groupes s’engouffrent dans la brèche. Goldfrapp en fait partie en composant un album qui, s’il ne marchera pas vraiment commercialement, sera salué par la critique. Felt Moutains donc, c’est un visage un peu oublié du duo, quelque chose qu’on ne retrouvera pas trop par la suite…

Ca commence avec « Lovely head », morceau qu’on a pu entendre à droite à gauche dans quelques films et qui attire l’attention de suite. Ce petit sifflement d’intro intrigue, cette douce mélodie tissée accroche et ce timbre velouté charme. Directement logé dans la tète, le groupe assure une introduction parfaite. Celle-ci sera suivi par « Paper Bag », perle d’ambiance mélancolique tout comme « Human », d’une classe indéniable.

Du charme, beaucoup de charme sur cet album. Alison semble être femme fatale sur un titre comme « Pilots », ou « Deer Stop » à la mélodie tout en retenue délectable. Le morceau éponyme étonne par un aspect légèrement psychédélique, qui sera poursuivi par « Oompa Radar », inenlevable du crane après écoute. «Utopia » emmènera alors à la perfection le dernier morceau qui clôturera le voyage avec une certaine magie.

C’était le bon temps tout ca… Goldfrapp était bien prometteur et venait de sortir un album excellent… Et puis tout a changé. Sans réelles explications, si ce n’est celle du fameux « on ne voulait pas reproduire la même formule », le groupe est devenu une sorte de caricature électro ultra putassière, le dernier album sorti récemment étant l’incarnation parfaite du pire du groupe. Dire qu’Alison à même le démérite d’avoir inspiré Lady GaGa… Tout se perd.

http://img11.hostingpics.net/pics/942572goldfrapp_cover2.jpg

Goldfrapp, Felt Moutains, sorti en 2000 chez Mute Recods

Myspace

Publié dans Musique

Commenter cet article