[Chronique]

Publié le par Métastases

KeleThe boxer
par Domino

http://www.rocknfrance.com/visuelsNewsInternationales/10226_sta.jpgSe lancer un solo, c'est toujours un gros risque. Surtout quand on sort d'un des groupes les plus buzzés de ces dernières années, à juste titre ou non, tout dépend des points de vue. Bloc Party en pause apparemment indéterminée (un split déguisé quoi), Mr Orekele, chanteur et guitariste du combo prend son courage à deux mains et décide de contenter son égo tout seul, car c'est bien connu, les chanteurs sont narcissiques. Le choix était-il le meilleur ? Il serait probable que oui.

On le sentait déjà sur le dernier Block Party, Kele semblait fatigué du rock’n’roll et de plus en plus intéressé par la musique électronique. C'est donc presque sans surprise que cet opus sera placé sous le signe du synthétique pour un résultat des plus… détonants. « Walk tall » capte l'attention dès les premières secondes, s'installant et s'imposant vite avec un son assez énorme et un beat suraddictif. Les basses vrombissent, la voix de Kele ne surprend certes pas mais agit comme un élément d'aspiration évident. 3min43, le morceau s'achève avec le sentiment d'avoir assisté à une mise en bouche des plus excitantes. Et la piste suivante confirme sans problème ce premier sentiment. « On the lam » est délibérément faite pour danser, et c'est peu dire que d'avouer qu'on se laisse avoir avec plaisir par le morceau. Beat définitivement prenant, nappes synthétiques lumineuses du plus bel effet, voix féminine planante, la formule est charmeuse et n'a aucun mal à enlever tout souci de la tête. « Tenderoni », premier titre dévoilé sur la toile, laisse tout d'abord retomber la tension pour gagner en intensité au long de son déroulement, pour atteindre un potentiel dansant des plus efficaces. C'est qu'on commencerait presque à transpirer…

« The other side » ne changera pas la donne. Malgré son aspect plus rock de par ses samples, le titre poursuit dans cette lignée furieusement et rythmiquement impeccable du début d'album en baissant néanmoins la tension d'un cran. C'est qu'il faut laisser respirer l'auditeur quand même et « Everything you wanted » poursuit le même principe, plus détendu, moins nerveux et avouons-le, un peu moins efficace. « The new rules » semblerait imposer des nouvelles règles d'un disque qui partait sur les chapeaux de roues. Le morceau est des plus calmes, délicatement rythmé par des nappes nuageuses s'accumulant, s'alternant pour former le corps du morceau. Kele se voit rejoint par une voix féminine à certains instants pour un résultat, certes bien loin du début du cd, mais à nouveau prenant.

Un rythme plus soutenu rejoint le bout de son nez sur « Unholy thoughts ». Pas aussi enlevé que les premières pistes, le morceau semble amorcer le début de la sortie de l'album. Assez aérien et court, il se laisse savourer d'une manière légère. Le trio de fin arrivant, on aurait espéré une reprise du rythme soutenu des débuts. « Rise » l'amorce au bout de plus d'une minute d'une intro qui peinait à convaincre avant de finalement nous emporter avec elle; la fin du morceau étant particulièrement jouissive, pas loin du big beat de Prodigy avant d'amorcer une jolie redescente dans les dernières secondes. « All the things I could never say » se laisse écouter d'une oreille distraite, n'étant pas franchement prenante, et c'est avec joie qu'on appréciera le beat final de « Yesterday's gone », furieusement bien ficelé, ni trop violent, ni trop doux et terminant joliment l'album.

Alors le verdict ? Kele passe-t-il avec brio l'admission à l'épreuve de la reconversion réussie de carrière "post groupe hype" ? Assurément, car même si son premier effort en solitaire n'est pas exempt de défauts, il montre une cohérence, un amour du travail bien fait que beaucoup pourraient lui envier. On prend donc rendez-vous pour la suite, et on ne croisera pas les doigts pour un prochain Block Party.

http://www.97ruedurock.com/wp-content/uploads/2010/05/KELE_THEBOXER.jpg

Kele, The boxer, sorti le 21 juin 2010
Myspace

Publié dans Musique

Commenter cet article