[Chronique]

Publié le par Métastases

 

JonsiGo
par Domino

Jonsi LogoOn a toujours tendance à se demander ce que veut exactement dire un album solo. Doit-on le prendre comme une sorte d'aveu caché de la frustration d'une personnalité trop marquée qui s'étouffe dans un groupe ? Un désir d'utiliser des morceaux dont les autres membres n'ont jamais voulu ? Une envie de se prouver sa valeur, de se mettre en danger ? Un projet commercial pour se faire un max de blé ? Des questions qui restent souvent en suspens, et dont la réponse varie surement selon l'artiste. Jonsi, alias Jon Thor Birgisson, leader des très spéciaux Sigur Ros, fait partie de ceux qui ont décidé de s'échapper de leur groupe, aussi bon soit-il. Go se nomme l'album, c'est donc très obéissant que nous allons suivre ce titre et rentrer dans le vif du sujet.

Connaissant le bonhomme dans son groupe d'origine, on se met en condition. Casque sur les oreilles, bien installé et sûr de ne pas être dérangé pendant l'écoute, on lance l'album et on se prépare à rentrer dans les neuf pistes et quarante minutes que propose l'album. « Go do » capte l'attention de suite, la voie de Jon étant bien reconnaissable, s'étendant sur une piste rythmée et rêveuse, à la mélodie enivrante. Jon nous ballade avec brio sans aucun accroc lors de cette première ballade musicale. On s'enfonce un peu plus dans notre fauteuil, accueillant la seconde piste « Animal arithmetic ». Porté par un rythme lointain semblant destructuré, empreint de la poésie encore bien propre à l'homme auteur de cet album, le morceau se laisse savourer les yeux fermés, l'esprit bien loin du corps. Une fois dans le troisième titre, plus posé, le fan de Sigur Ros n'aura aucun mal à se laisser porter par les morceaux empreints d'une magie n'étant pas sans rappeler le combo d'origine de Jon. Tout y est aussi contemplatif, chaque note et arrangement nous mettant avec facilité des images en tête devant lesquels il est difficile de rester insensible.

Le quatrième titre arrive, et le temps semble s'être arrêté. « Boy Lilikoi » est une indéniable réussite, commençant presque a cappella pour se diriger ensuite vers des sphères célestes d'une grande beauté. « Sinking friendships » est un sommet émotionnel et laisse la suite s'enchainer avec un plaisir et une facilité déconcertante, se laissant écouter le sourire aux lèvres, le cœur chavirant au gré des nuances magiques qu'amène chaque morceau. Le tout se finit avec maestria sur « Hengilas », titre surréaliste, apogée de l'album qui nous laisse redescendre doucement sur Terre, transformé.

Réussite indéniable donc pour Jonsi, qui offre ici un recueil de moments poétiques des plus appréciables. Go est une invitation au voyage, dépassant même les dernières livraisons de Sigur Ros qui était pourtant le groupe champion dans le domaine de l'évasion. Alors la question revient : cet album solo, fruit de frustration, projet commercial ou autre chose ? Question sans importance, car après l'écoute, il ne reste désormais que poésie. A savourer, à offrir, sans hésitation.

Jonsi Logo

Jonsi, Go, sorti le 5 avril 2010 chez EMI
Myspace

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article