[Interview] Troy Von Balthazar

Publié le par Métastases

http://img11.hostingpics.net/pics/699722Troy.jpg

Juste avant un concert aux Trinitaires, Troy Von Balthazar a bien accepté de répondre à quelques questions. Fatigué mais d'une grande gentillesse, voila l'ensemble de l'entretien. Merci encore à lui.


Tout d'abord, merci pour cette interview. Pourrais t'on revenir un peu sur ce qui a motivé, entraîné cette reformation de Chokebore?

 Bien sur. Après la séparation de Chokebore, j'ai fais 2 albums solo et après une tournée, j'ai retrouvé John et James à Berlin, à un concert. C'est a ce moment la que nous avons parlé de refaire de la musique ensemble. La distorsion, les guitares, la batterie, l'ensemble de ces choses me manquait. C'était même de jouer simplement avec eux, en tant que Chokebore. Ça a donc été très naturel de relancer le groupe.

On peut dire que c'est une sorte de nouveau départ, ou bien une suite logique des choses?

Après Chokebore, chacun d'entre nous à évolué, grandit, gagné plus d'expérience avec les années. Mais lorsque nous avons commencé a retravailler ensemble, il était très important que la musique de Chokebore reste la musique de Chokebore, celle d'un contexte précis, c'est a dire 4 personnes en guitare/basse/batterie, pour des gens aimant ce genre de guitare. Dans mon travail personnel, j'essaye plus de choses, mais pour Chokebore, il s'agit vraiment d'une suite logique.

Comment se sont passées les premières dates lors de la reformation du groupe? Et les dates qui viennent de passer en France, vous en tirez quel sentiment?

Pour les premières dates, j'étais vraiment très très nerveux. J'avais l'impression de ne plus sentir mes bras, de ne plus rien voir, c'était vraiment très spécial, comme une sorte expérience psychédélique. Concernant les dates françaises, le public était au rendez vous et comme d'habitude, c'est un plaisir d'être en France, j'ai des amis ici et c'est toujours une joie d'être la. Ce soir, c'est la dernière date en France et même si je suis très fatigué, je suis vraiment content d'être ici.

En regardant le passé du groupe, on peut se demander si la France a quelque chose de spécial pour le groupe. Ce nouvel Ep a été fait en France, non?

Enregistré en France et pour être précis, seulement 3 morceaux, les autres ont été fait à Berlin. Si la France a quelque chose de spécial? Peut etre oui, j'ai des amis en France et beaucoup de choses heureuses y sont rattachés à mon niveau

Il y a donc ce nouvel EP qui est sorti le 10 octobre. C'était important pour vous de pouvoir écrire de nouveau titres. De nombreux groupes se reforment juste pour jouer leurs anciens morceaux, ça ne vous aurait pas convenu?

Ne rien écrire n'aurait pas été intéressant, il fallait garder l'intérêt d'être ensemble, que cela soit toujours aussi attrayant. Quand nous avons rejoués ensemble, nous étions tous sur d'écrire à nouveau, c'était vraiment important pour nous. Être un groupe, ce n'est pas juste faire de la musique, il faut aussi se supporter en quelque sorte, ce que nous avons fait à travers ce nouvel opus.

Il y a certains groupes qui, lors de leur reformation, jouent un album dans son entièreté en live. C'est personnellement une vision de la musique que je partage, l'idée de voir un album comme une oeuvre complète, un tout. Est ce que c'est un projet qui vous intéresserait?

Comme tu le dis, ça a déjà été fait par ces groupes donc par conséquent, je ne pense pas que nous le ferons, on préfère se concentrer sur nos idées et ce que nous sommes. Je suis d'accord sur le fait qu'un album est un ensemble, un "monde". Si nous enlevons une chanson de cet ensemble, elle ne représente pas cet ensemble et c'est ce genre de problème qui se passe aujourd'hui avec le téléchargement. Quand je fais un album, c'est une sorte de grande photo où tout va avec quelque chose... J'espère que ça ne sera pas une manière de faire qui se perdra.

Comme l'EP est assez court, si vous deviez le définir de manière courte, en quelques mots, vous diriez?

(Il réfléchit un instant) hum... "It is good".

Retrouver l'identité Chokebore a t'il été facile? Quand on écoute l'EP, ce qui est frappant, c'est qu'il sonne intact et moderne a la fois, comme si le groupe ne s'était jamais séparé, avait évolué, tout en gardant son esprit d'origine.

Je pense que ça a été très naturel, oui. Quand on joue ensemble, cela sonne naturellement Chokebore, c'est une évidence. Nous n'avons pas laissés quelque chose perturber notre vision de ce qu'est Chokebore, ça a donc été aisé de retrouver ce son particulier. Quand nous jouions, composions, si quelque chose venait à ressembler à autre chose, nous laissions tomber pour nous concentrer sur notre son. En fait, nous savons très bien ce qu'est le groupe et ce qu'il n'est pas.

Est ce que Chokebore est reparti pour longtemps? Pourquoi avoir sorti ce petit format plutot qu'un album complet?

En fait... il s'agissait de tester comment nous nous sentions ensemble, il fallait être sur que les choses marchent a nouveau. Je ne sais pas ce qu'il va se passer désormais, c'est une très grande question pour moi. En premier lieu, la fin de la tournée va surtout permettre de me reposer car je suis très fatigué. Il y a beaucoup de musique dans ma tête, et donc j'ai besoin de temps désormais pour mettre ça en place. Le futur est donc une grande question auquel je ne peux pas vraiment répondre.

Qu'est ce que vous écoutez en tournée, qu'est ce qui vous inspire?

J'ai énormément de musique autour de moi tout les soirs, donc je préfère écouter des podcasts, de science par exemple. C'est plus reposant pour moi d'entendre une voix plutôt qu'une musique.J'emmène aussi beaucoup de livres, mais souvent, je suis bien trop fatigué pour lire et je finis par m'endormir (ce qu'il mime d'ailleurs). En ce moment, je travaille aussi sur 2 B.O de films, un français et un autre allemand, musicalement, on peut rapprocher ça de mon travail en solo. C'est intéressant car il y a une grosse différence de culture entre les deux et j'aime vraiment ça, c'est une vision du monde qui me plaît, celle d'un monde a plusieurs facettes, plutôt qu'une culture uniforme.

Pour parler un peu de votre travail en solo, qu'est ce qui le différencie de Chokebore? Les points communs et divergents des deux projets?

Je pense que la plus grosse différence est qu'avec Chokebore, je dois faire avec la limitation de 2 guitares électriques, une basse et une batterie. Sur mes albums solo, je n'ai pas ces limites, il n'y a rien qui me retient. Je peux en fait jouer de n'importe quel instrument inventé. Le point commun est que c'est le même cerveau qui fait ces deux musiques.

Si en tournée, vous préferez ne pas écouter de musique, qu'est ce qui vous influencé au début de Chokebore? Ce que vous écoutiez?


David Bowie - Ziggy Stardust, John Lennon - Plastic Ono Band, Echo And The Bunnymen, Tom Waits - Rain Dog. Ce sont les albums que j'écoutais quand j'ai débuté le groupe, je pense que ce sont de bons albums pour débuter, il y a de bonnes chansons dessus. Évidemment, depuis, il a fallu se détacher de ces influences et trouver son propre style, donc je n'écoute plus du tout ces albums maintenant. J'écoute le silence et ce qu'il en sort.

Pour finir, quel est votre état d'esprit actuellement, un mot pour finir? C'est une sorte de parole libre


Hum... Je me sens comme séparé, avec une partie de moi "folle" et l'autre qui ne l'est pas. Je n'ai pas de musique dans ma tête, peut être car je me sens fatigué de jouer de la guitare... J'aimerais surtout pouvoir écrire en ce moment, , écrire beaucoup de choses.

 

 

Publié dans Interviews

Commenter cet article