[Interview]

Publié le par Métastases

Agora Fidelio
par Domino

 

http://img7.hostingpics.net/pics/450235Agora_Fidelio_Barcelone2.jpg

 

Pour marquer le retour discographique d'Agora Fidelio, deux articles valent mieux qu'un et c'est donc avec une petite interview de Milka que nous venons compléter la chronique du 1er volet de leur nouvel album. Quelques précisions et éclaircissement avant une suite que l'on attend désormais avec impatience.

 

Qu'est ce qu'il s'est passé pendant ce silence discographique, quel a été l'état d'esprit pour avoir eu l'envie de revenir avec un concept d'albums en 3 volets, qui plus est en totale autoproduction?

La simple envie de faire un nouveau disque. Agora n'a jamais été mort. Juste en retrait par rapport à l'actualité d'autres projets. Il y a eu We Love You All de Psykup, l'EP de Simone Choule, de Naive, et enfin Amen de My Own Private Alaska. Nous avons tous des projets à faire vivre et ne pouvons toujours pas nous dédoubler donc c'est sûr que l'attente se fait sentir des fois ! Mais nous étions tous très excités à l'idée de composer un nouvel opus d'Agora. Nous voulions revenir avec une formule différente car on savait pertinemment que nous ne serions pas soutenus par un label, car ils crèvent les uns après les autres, et ne nous ont jamais proposé de ponts d'or. D'où auto-production. D'où des formats plus petits, 6 titres par 6 titres pour une oeuvre conceptuelle de 3 disques qui s'étalera sur près de 2 ans je pense.


Est ce que l'ensemble correspond à une sorte de voyage? Le titre "Les Illusions d'une route" le laisse facilement penser...

Si c'est un voyage il est initiatique et symbolique. Les villes ne sont que des visions fantasmées, même si j'en connais 2 sur les 3. Les illusions d'une route sont les errances d'un homme qui avance croyant chercher quelque chose et qui en trouve d'autres. C'est la succession de paysages inattendus. C'est les doutes de l'aventure, la douleur de la marche, le mouvement spirituel.


Comment définiriez vous "Barcelone"? Si vous deviez le faire en un mot? Est il vraiment le "début" de cette trilogie, ou peut on s'attendre a quelque chose de plus désordonnée?

Barcelone est le début de la trilogie oui. Et on peut s'attendre à quelque chose de plus désordonné oui. Même si les cds sortiront bien dans l'ordre annoncé ! Barcelone en un mot, je ne saurai pas dire...


Une question propre à toi maintenant. Je pense que pas mal t'attendait au tournant après avoir quitté Psykup pour My Own Private Alaska et le concentré émotionnel que le trio représente. Est ce qu'on peut dire que ton expérience avec My Own private Alaska t'a fais aborder ton chant différemment? En écoutant ce premier volet, par rapport aux précédents, j'ai pu y sentir une force totalement différente.

Mon expérience chez Ross Robinson avec My Own Private Alaska a en effet chamboulé ma façon d'aborder le chant. Pour certaines oreilles, ce sera subtil. Pour d'autres, ce sera radical. Car il ne s'agit pas de chanter concrètement plus grave, plus aigü, de faire ceci ou cela. C'est une approche psychologique différente qui va tendre à oublier les techniques pré-apprises, à ne pas suivre ce que te dit ton cerveau, mais plus ce que te dit ton corps. Le propos sera alors plus naturel. Concrètement, le chant est sûrement plus direct, moins maniéré, et du coup plus vrai selon moi. Je réécoute mes précédents efforts discographiques avec beaucoup de critique. Beaucoup trop peut-être. Aujourd'hui, les notes ne sont là que pour soutenir le propos, et s'inclure à l'intérieur de la musique, pas au-dessus.


Et d'ailleurs, cette force se ressent pour l'ensemble du groupe. A quel niveau cette fusion a t-elle été recherchée?

Les Agora ont tous apprécié cette évolution, même si elle n'est pas radicale dans la musique du groupe. Ils ne m'ont donc jamais bridé par rapport aux idées développées sur Barcelone. La cohésion s'est fait de manière encore plus évidente car Stéphane a rajouté à la basse une couleur plus rock'n roll, plus rugueuse, qui se retrouve dans le chant. On reste toutefois toujours dans l'intimisme et dans la retenue sur beaucoup de moments, mais ce n'est pas la même donne que sur Le Troisième Choix ou Altitude Zéro.


Le prochain opus se nomme donc Bagdad. Il sortira quand à peu près? On peut s'attendre à quoi?

Il sortira sur 2011. On n'en sait pas plus. Bagdad sera le revers de la médaille dorée qu'on peut attendre en pensant trouver Barcelone. Bagdad sera donc décharné, et à fleur de peau. Très humain et très organique. Car l'humain est souvent tout ce qu'il reste quand tout est détruit.

Publié dans Interviews

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article