[Chronique]

Publié le par Métastases

Die On Monday - Black cat
par Domino

 

die on monday logo2-copie-1Comment se relancer après avoir marqué son empreinte si particulière dans un groupe qui, de plus, a acquis au fil du temps une certaine notoriété ? C'est la question que Ben, ex-guitariste d'Aqme, a dû se poser en fondant Die On Monday, groupe stoner/rock où il a entraîné avec lui Toni de Enhancer ainsi que Vincent de Vegastar. Vu comme ça, c'est assez effrayant en effet, surtout quand on constate le niveau des dernières livraisons musicales de Toni et Vincent. Mais rassurez-vous, on est très loin ici de Désobéir et de Television , les derniers opus d'Enhancer et Vegastar. Malheureusement, on est très loin de l'excellent En l'honneur de Jupiter d'Aqme, et pour ça, on ne peut que remercier Ben d'avoir quitté ses ex-comparses.

Parce que Die On Monday, eh bien… Die On Monday quoi. Ça veut bien faire, certes, mais ça a bien du mal. On avait déjà senti que Ben voulait tenter autre chose sur le troisième album d'Aqme, La fin des temps. Loin de nous détendre, plutôt stressant car pas franchement excellent, l'album avait failli signer la fin du groupe avant que Ben fasse un dernier coup d'éclat en signant Hérésie comme testament. Testament est bien le mot car le premier album de Die On Monday nous pousse bien à faire le deuil des grandes heures du guitariste.

Die On Monday, c'est donc rock/stoner il paraît... On y trouve surtout un gros recyclage de riffs d'Aqme avec une distorsion différente et un chanteur particulièrement caricatural qui réussit la prouesse de faire préférer son rap dans Enhancer plutôt que sa présente prestation et ce, même aux plus réfractaires. Malgré toute sa bonne volonté (et on la sent !),Toni semble complètement bloqué dans des clichés propres au genre et ne parvient que très rarement à se décoller cette étiquette du "gars qui a voulu changer de registre pour faire honneur à ses idoles mais qui s'est planté". Quand il y arrive, c'est un peu trop tard, puisque c'est sur le dernier morceau de l'album qu'il parvient à nous captiver enfin. Dommage, vraiment dommage.

Finalement la palme de l'efficacité revient à Vincent et à Guillaume, la section rythmique du combo. Vincent fait ronfler sa basse dans des sphères bien lointaines de Vegastar (où il était transparent) et Guillaume offre une belle prestation très honorable. Mais est-ce vraiment ce qu'on recherchait ? Pas vraiment non, même si le lot de consolation est des plus sympathiques. On écoute finalement l'album en se laissant guider par Vincent et Guillaume tout en s'amusant à rechercher les plans que Ben a recyclés d'Aqme et les moments où Toni sort de sa parodie de chanteur rock.

Au final, il en ressort un sentiment amusant concernant le principal instigateur de ce combo. Ben quittant Aqme, on aurait pu craindre qu'il emporte l'âme du groupe qu'il a lui-même fondé, laissant ses trois membres restants dans un trou sans fond. Ce fut finalement salvateur puisqu'Aqme a accouché récemment de son meilleur album, sublimé par un nouveau guitariste qui a su les réinventer. Quant à Ben, on a peine pour lui de le voir se débattre dans un manque d'inspiration évident qui lui était déjà commun depuis un bout de temps. Die On Monday ? Que ça soit un lundi ou un autre jour, il est fort possible que la mort du groupe soit plus précoce que prévu.

die on monday logo2-copie-1
Die On Monday
, Black Cat, sortie le 29 mars 2010 chez XIII Bis Records/Sony Music
Myspace

Publié dans Musique

Commenter cet article