[Chronique] Serments - Utopia

Publié le par Métastases

http://img4.hostingpics.net/pics/777664Mtastasesserments.jpgParfois, il ne manque pas grand chose à un groupe pour toucher le petit truc magique qui fait toute la différence. C'est parfois le chanteur, parfois la production, parfois le guitariste ou un autre élément quelconque, la pochette, le packaging, la machine a café qu'on entends à la troisième piste (ce qui revient d'ailleurs à un souci de production), bref tout un tas d'éléments peut manquer à la réussite totale d'un disque. Et puis parfois, il peut meme y en avoir un peu trop comme chez Serments.

Parce qu'on ne le cachera pas, Serments à tout pour réussir. Une chanteuse de bon niveau d'abord. Bon accent, voix sonnant professionnelle car elle la maitrise très bien, variations sympathiques à souhait. Bon, elle n'a pas la voix aussi originale qu'une Bjork, mais le but n'est pas la, elle chante bien, c'est ce qui importe. Et puis le reste du groupe alors? Parce que c'est pas un backing band non plus! Eh bien, figurez vous qu'il joue bien ce groupe. Les riffs sont en place, les petites subtilités sont bienvenue, la batterie claque du tonerre, la basse est présente exactement comme il faut, jusque la tout va bien.

L'univers du groupe n'est pas totalement inconnu à ceux qui suivent l'actualité du "wak'n'woll". On y retrouve même un peu de Deftones. On aurait pu avoir pire comme référence! Les riffs cités en place plus haut empruntent donc pas mal à la scene typé "métal aérien", ce qui ne destabilisera pas les amateurs du genre. Tout est finalement là pour que l'auditeur se sente à l'aise, c'est un fait et la production ajoute à cette impression en offrant un son clair et puissant à la fois. Mais alors, dis moi Domino, qu'est ce qui ne va pas dans cet album hein?

Trop de bonne volonté, tue la bonne volonté. Serments peche par trop d'envie, d'ambitions. Trop de riffs dans la meme veine donne à l'album un tempo monocorde, sans vagues. C'est exactement la métaphore qui convient, une mer sans vagues, et pour se rapprocher de la pochette, l'album serait également semblable à un ciel sans nuages. C'est beau, mais au bout d'un moment, c'est toujours un peu pareil. Ben Utopia, y a de ca, la première chanson envoie, la seconde aussi, la troisième pas trop mal, mais au bout d'un moment, ca tourne un peu en rond, l'incarnation typique de ce problème se trouvant dans la chanson "Walls", bien produite, bien chantée, mais terriblement ennuyante et répétitive.

Doit on faire alors le serment de ne plus jamais écouter ce fichu groupe qui prends le meilleur de Deftones (les riffs costauds, la frappe précise et qui claque) et le pire de Paramore (le manque de personnalité, l'ennui pointant rapidement le bout de son nez)? Ne soyons pas si dur, et il est fort possible qu'après une remise en question certaine, le groupe prenne conscience du chemin à prendre pour affirmer une réelle personnalité à travers un nouvel opus que l'on souhaitera plus concis, gagnant ainsi en intensité. Sans non plus les enterrer d'avance, on leur souhaite donc une bonne chance pour la suite!

http://img4.hostingpics.net/pics/777664Mtastasesserments.jpg
Serments, Utopia, actuellement disponible en autoproduction
Myspace

Publié dans Musique

Commenter cet article