[Chronique] Mona Kazu - Other Voices In Safety Places

Publié le par Métastases

http://img15.hostingpics.net/pics/839909MonaKazu.jpgUn philosophe inconnu a dit un jour à propos de quelque chose pas beaucoup plus connu : "Il y a  des bonnes idées mais... Comme toute bonne idée, ça se travaille". Cet homme avait raison, bénissons son nom (qui restera donc inconnu, débrouillez donc pour le bénir) et intéressons nous à Mona Kazu à qui cette citation semble bien aller. Se présentant sous la forme d'un trio, le groupe livre un premier album qui aurait pu avoir un certain potentiel si les écoutes répétées ne finissaient pas par lui porter préjudice. Autopsie du problème sans plus attendre.

Se présentant comme un trio issu de différentes formations, le groupe revendique des influences qui vont de l'electro en passant par la pop (et même l'electropop), sans oublier le rock indé. Une association assez convenue d'éléments qui pourraient laisser deviner sans peine la teneur générale du disque et que l'on soit d'accord la dessus: c'est tout à fait ça. 
Mona Kazu n'arrive que très rarement à surprendre mais on ne peut décemment pas leur en vouloir pour ça, à moins de faire partie de cette catégorie de gens blasés de tout et qui ne sont étonnés que par... Ce qu'ils produisent eux même? Le débat n'étant pas la, toujours est il que la teneur générale du disque est assez attendue, oui, et même déja entendu. Alors est ce vraiment la un problème? Oui et non.

Pour ne pas faire comme tout le monde, décomposons ce oui et ce non à l'envers, le non était l'aspect positif du problème et le oui son antagoniste (précision importante pour les dissipés du fond). Non, ce classicisme latent n'est pas réellement un souci dans l'univers de 
Mona Kazu. Les plans fonctionnent assez correctement, les morceaux sont plutôt bien agencés et les influences relativement bien assumés sans trop en faire... A comprendre qu'il n'y a pas de schémas du style "passage electro/passage pop/passage indé", ce qui est plutôt un bon point. Tout semble relativement bien fondu et assez naturel et laisse deviner une envie de bien faire. C'est bien, c'est très bien de vouloir bien faire. Mais ça laisse l'espoir que l'on puisse faire encore mieux.

Puisqu'il serait idiot d’être trop dur avec le trio, l'important est donc d’être juste et lucide. Comme dit plus haut, tout cela est assez convenu. Si le prototype "couplet/refrain/couplet" n'est pas forcement toujours présent, les structures un tantinet plus alambiquées ne laissent pas réellement de surprises s'installer et la progression à travers le disque se fait sans "montagnes russes". Ce qu'il faut comprendre à travers cette métaphore hasardeuse, c'est qu'en tant que musique de fond, il est évident que l'album fonctionne plutôt correctement seulement... La volonté palpable du groupe de produire une musique "riche" nous fait ressentir une certaine déception générale, en tant qu'auditeur mais aussi pour le groupe. Il n'y a pas moment vraiment d'instants qui font relever la tête et si certains morceaux comme "Oslo" fonctionnent plutôt bien, un petit détail vient chatouiller l'oreille. Et ce n'est pas forcement agréable.

Lorsque s'impose la question de la langue à choisir pour chanter, il y a plusieurs écoles. Il y a ceux qui défendent le français corps et âme, se plaçant en défenseur de notre patrimoine mais il y a aussi ceux qui choisissent l'anglais, bien persuadés que toute musique hors varietoche et bal musette ne sonne qu'en anglais. Certains y voient une paresse avouée pour l'écriture de textes sensés. En effet, écrire n'importe quoi sonnera toujours mieux en anglais qu'en français, ces bon vieux 
Paul et Ringo pourraient vous le dire... Et je sens que cette phrase ne va pas m'attirer des amis, du moins si elle est comprise.

 

Mona Kazu, épris de risques et d'aventures, ont choisi trois langues pour chanter : Le français, l'anglais et l'allemand. Pourquoi? Peut être se sont ils dit qu'une langue choisie en valait deux, et comme on dit jamais deux sans trois, il était obligatoire d'en rajouter une autre. Seulement, et je laisse peut être l'objectivité s'envoler pour affirmer ceci, ça ne marche pas vraiment ici présent. Le mélange générale et parfois la succession d'une langue à une autre dans un morceau, comme sur "Oslo" par exemple, n'offre pas une extraordinaire cohérence à l'ensemble. L'idée rendrait peut être bien différemment si ces changements étaient incarnés par des voix différentes... Invitez donc des gens pour faire ce genre de choses, plus on est des fous plus on rit!

Les écoutes passant, le sentiment de ne toujours pas avoir de moments marquants rend le tout un peu faible. En fait, c'est un tout qui se vérifie jusque dans la pochette de l'album qui, si elle est correctement réalisé, dégage un léger parfait d'amateurisme encore palpable. On ne désespère donc pas de voir le groupe grandir de la meilleure façon possible, puisque la volonté semble être bien la, il suffira peut être de pas grand chose pour que tout cela s'envole vers d'autres cieux (comme la...non laissez tomber). On attend donc d'en savoir plus, avec tout nos encouragements pour la suite! 

http://img15.hostingpics.net/pics/839909MonaKazu.jpgMona Kazu, Other Voices In Safety Places, actuellement disponible chez Falls Avalanche Records
http://www.monakazu.net/


Publié dans Musique

Commenter cet article