[Chronique] Madame B - Deeply (B)less

Publié le par Métastases

http://img4.hostingpics.net/pics/376651MadameB.jpgOn se prends la tête dans tout les sens, on retourne le problème des dizaines de fois. On tente ça sur le clavier, à la plume, sur un carnet entre deux pauses de travail. Parfois on se surprends a chercher des phrases sur un dictaphone et malgré tout çà, le problème reste le même: on ne peut définir l'indéfinissable.

Y a des choses comme ça, ça vous tombe dessus sans vraiment savoir pourquoi? Vous n'avez jamais fait de rêves récurrents? Le genre de choses, d'images, de sensations qui vous collent à la peau depuis toujours, tout le monde connaît ça. Pire que ça, il y a sûrement les cauchemars récurrents, ceux dont on cherche la signification davantage, tout simplement car tout le monde sait qu'il est beaucoup plus amusant de fouiller les ténèbres que de contempler béatement un ciel bleu.

Et donc, ces fameux cauchemars, qu'en tire t'on? Généralement, rien, tout le monde s'accordera la dessus. Des images floues, des angoisses parfois si profondément ancrées qu'elles nous font nous réveiller en sueur la nuit. Et si on venait à être projeté en plein milieu d'un cauchemar? Comment pourrait on réagir, quelles seraient nos options? Quel serait notre état dans cette situation? Madame B nous propose d'en faire l'expérience sur ce deuxième album.

On va poser un contexte pour tout ça, histoire d'imager le propos.Prenons une situation proche de Inception, ceux qui ont vu le film comprendront tout de suite, pour les autres, une explication s'impose. Il suffit de s'imaginer allongé, disons sur un canapé, tout le monde en a chez soi (pour les SDF ayant économisé leurs deniers pour se connecter d'un cyber café, imaginez vous sous votre pont préfèré). Madame B arrive, une valise à la main qu'elle pose au sol. Imaginons alors qu'elle en sort un objet, un attirail des plus étranges, quelque chose de rarement voir, jamais vu. Elle branche le dit objet sur vous et vous voila plongé dans un sommeil profond.

De ce sommeil , vous basculez alors dans un autre monde. Ce n'est pas vous, ce n'est pas votre imaginaire, mais vous en etes prisonniers. Vous arrivez la dedans comme on déboulerait sur une autoroute à grande vitesse, hanté par la voix tantôt lointaine, tantôt terriblement proche de la demoiselle. Ça aussi, c'est un aspect particulièrement surréaliste de l'ensemble. On ne sait jamais où se "situe" Madame B car elle est insaisissable. Madame B est une anguille musicale, elle intrigue, on la suit du regard, tente de l'attraper et on y arrive jamais.

On pourrait en citer des titres, dire: "tiens tel morceau fait penser a truc" ou "tel titre fait penser a machin". On pourrait faire ca oui. Mais ca servirait à quoi, quand le mieux reste de vivre l'expérience soi même? Les mots sont parfois peu de choses et à ce moment là il ne reste plus qu'a conseiller une seule solution: plongez corps et ame dans cet univers, a vos risques et périls, car il est bien probable que la trace laissée par l'écoute soit bien plus profonde que celle de l'album précédent... Une sacrée réussite qui laisse songeur pour la suite.

http://img4.hostingpics.net/pics/376651MadameB.jpg
Madame B, Deeply (B)less, disponible en téléchargement ici.
Myspace

Publié dans Cycle Madame B

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article