[Chronique] Klink Clock - We Don't Have The Time To Do Love All The Time

Publié le par Métastases

http://img4.hostingpics.net/pics/834664KlinkClock.jpgOn pourrait presque avoir tout dit sur cette formule du duo mixte... C'est sexy, tout ça, bla bla, quelle tension sexuelle, etc etc... Que dire de plus sur Klink Clock alors? La question ici n'est pas de savoir ce que l'on peut dire de plus, mais surtout ce que l'on peut dire de différent. Car le groupe semble avoir un petit truc en plus, inexplicable, qui leur fait éviter la comparaison avec ce groupe obscur et totalement inconnu qu'est les Kills. Ça vous intrigue? Vous n'est pas les seuls dans ce cas.

Bon déjà, il faut avouer une première chose: le nom n'était que très moyennement attirant au départ. On a déjà parlé de l'importance de bien choisir le nom de son groupe et Klink Clock n'échappe à la regle puisque, sans tomber non plus dans le ridicule, le nom n'évoque pas grand chose. Mais qu'importe puisque le son est la, non? S'articulant donc autour d'un duo formé par Or à la guitare et Nini au chant (c'est mignon tout ces surnoms), Klink Clock envoie du bois, mais pas que!  

Ça commence fort avec un "Mayhem" réellement accrocheur. Rien à voir avec le groupe du même nom, soyez rassurés! "H" laisse la place à Or et a un riff très brut qu'il rehausse d'une voix arrachée du plus bel effet. C'est gras, ça sue, ça transpire et on aime ça, surtout quand la demi batteuse Jenni donne le sentiment de tout donner sur ses futs! Et pour montrer qu'ils peuvent parfois se poser, et pour réussir la dure mission du trio gagnant d'entrée, le duo nous gratifie d'une fausse ballade joliment troussée nommée "Princess".  "Wake Up" est plus ou moins dans la même veine avec un petit coté western pas dégueulasse où se mêlent les voix des deux musiciens.

Bon alors bien sur , il y a parfois un brin de sensualité, mais tout cela est vite noyé dans des élans rock chevaleresques, comme sur " Siamois". Et puis il y aussi des choses un peu faciles aussi... On ne leur en veut pas mais ce "I Dream I Fuck" sur une ambiance un peu moite, c'est un peu téléphoné, mais bon, ça remplit plutôt bien son office. Comme cette petite pépite rock qu'est "Love Song 2.0" ou bien le morceau final qui est plutôt bien choisi pour conclure. On sort de la avec une bonne impression, un peu comme lors d'un premier rendez vous.

Mais comme tout premier rendez vous, c'est en cogitant un peu qu'on repasse aux quelques défauts qui se sont laissés entrevoir! Et si le nom du projet n'est déjà pas forcement le meilleur, le second souci viendrait peut être de la tracklist. Il manque une sorte d'unité, de cheminement dans l'album, comme si les morceaux avaient été pris au hasard dans un panel. Alors certes, ils sont très bons, ils sont cohérents, mais il manque quelque chose et cette sensation étrange se rapporte de celle des best of. Klink Clock vient il d'inventer le concept du best of du début de carrière? C'est bien probable, et on les en félicite! Mais on les attends aussi au tournant pour la prochaine livraison!
 Klink-Clock.jpg

Klink Clock, We Don't Have The Time To Do Love All The Time, actuellement disponible en autoproduction
klinkclock.bandcamp.com/

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article