[Chronique]

Publié le par Métastases

Mylène FarmerOui Mais… Non
par Arno Mothra

http://img11.hostingpics.net/pics/850833myleneouimaisnon.jpgMylène Farmer prend décidément toujours le contre-pied de ce que l’on attend d’elle. Alors qu’à l’heure d’Internet et de la communication lumière les infos relatives à quelconque artiste se diffusent à vitesse éclair, la chanteuse aura préservé le secret de son retour jusqu’à lundi dernier, soit deux jours avant la première rotation radio du nouveau single ! Idem pour le huitième album à paraître début 2011, apparemment fini, dont on ne connaît pas le moindre détail et que beaucoup annonçaient pour 2012. Résultat des courses en 48H : aucune fuite, une nouvelle qui a dérouté tout le monde et un buzz médiatique défiant toute concurrence dans le domaine. Niveau communication et mystère complet, chapeau la Rousse !

Marquant une rupture après vingt-six ans de création commune d’avec Laurent Boutonnat, cette nouvelle chanson se voit pour la première fois composée et produite par un autre, autrement dit RedOne (responsable des absurdités de Lady Gaga et de celles d’une multitude de coquilles vides dont on se serait volontiers dispensé de connaitre). ''Oui Mais… Non'' surfe donc sur la vague du moment ; de quoi se refaire une santé tout en faisant grincer des dents. Il en ressort un constat positif dans l’ensemble quoique forcément mitigé. Ludique, le texte de ce single joue sur les mots et leur sens, les allitérations, l’essence même de la poésie ambiguë et stylée de Mylène Farmer. Les paroles se confondent à une métaphore des confusions des sentiments (et jusqu'où ils nous mènent en leur nom), et d'une sexualité charnue, ne trouvant d'issue que là où s'arrête la conformité pour se cantonner à une quête uniquement luxurieuse (à noter : l'allusion trompeuse au Bateau Ivre).

Malgré le plaisir d’entendre une voix aussi claire s’adapter à l’exercice, on déplorera le manque cruel d’audace du son (Mylène Farmer se calquant sur une mode… une grande première !) et du choix du producteur, ô combien éloigné du génie de Laurent Boutonnat. Si l’on peut légitimement se demander où est passée la chanteuse qui a autrefois complètement expérimenté la new wave (les tois premiers albums ou des perles comme ''Je Te Rends Ton Amour'', ''Et Si Vieillir M’était Conté'', ''Looking For My Name'' et ''Dégénération'') ainsi que la trip-hop (''Nobody Knows'', ''Alice''), il faut bien admettre que ''Oui Mais… Non'' laisse aussi enthousiaste que perplexe. En se dirigeant vers ce qu’on vend actuellement de plus commun et mainstream, Mylène Farmer réussit fort bien son pari de sortir un peu de son microcosme mais se défend malheureusement de prendre de véritables risques, se dirigeant par ailleurs sur une scène qui en plus de tourner en rond exaspère par sa superficialité. ''Oui Mais… Non'' est bien ficelé, séduit par son fond alambiqué et sa fraîcheur un peu fourbe, mais n’atteint strictement aucune prouesse en-dehors de son efficacité.

C’était donc prévisible, Laurent Boutonnat manque affreusement sur ce single. S’il promet de multiples collaborations, on espère tout de même que l’album à venir présentera davantage de richesse artistique et moins de facilité tape-à-l’œil, parce que RedOne, déjà d'une, on s'en fout, et de deux, est l'antithèse totale de l'univers unique estampillé Farmer / Boutonnat. En attendant le clip...

http://img11.hostingpics.net/pics/850833myleneouimaisnon.jpg

Mylène Farmer, Oui Mais… Non, à sortir le 11 octobre sur les plateformes de téléchargement légal
En écoute ici

Publié dans Musique

Commenter cet article