[Chronique]

Publié le par Métastases

Wovenhand - The treshingfloor
par Domino

http://img10.hostingpics.net/pics/207088wovenhand_cover2.jpgNouvel album donc pour David Eugene Edwards et son Wovenhand, quelle bonne nouvelle ! Orné d'une jolie pochette, le cd attire l'œil et disons-le de suite, n'a aucun mal à contenter les oreilles. Assez loin des ambiances de Ten Stones, cet opus marque un retour vers un son plus proche des débuts pour un résultat des plus enthousiasmants.

D'entrée de jeu, il est plus qu'agréable d'être charmé dès les premières notes d'une chanson. The treshingfloor s'ouvre sur le son clair de la guitare qui introduit « Sinking hand », et c'est avec joie qu'on se laisse happer par la voix d'Edwards, semblant venir d'une autre époque, reconnaissable entre mille, qui nous saisit d'entrée de jeu, particulièrement sur un refrain hypnotique. Le morceau titre, très entrainant, tout en conservant cet aspect hypnotique produit un très bel effet, riche de sonorités envoutantes et d'un dialecte qu'il sera difficile de comprendre de prime abord. Toujours dans cette veine hypnotique, "Raise her hands" fait belle figure, sa parfaite composition nous faisant oublier toute notion temporelle facilement.

Il y a de l'hypnose dans cet album, de la magie. Comme quelque chose de quasi shamanique comme nous le prouve l'enchainement initié par "His test". "Singing grass" lui fera suite et imposera une marque dans le cœur de l'auditeur de par sa mélancolie et la pureté de son son, David y apposant une voix quasi parlée magnifique. Magnifique sera un mot qui sera aussi valable pour qualifier "Behind your breath", chanson s'immisçant dans chaque pore de la peau, comme une entité impalpable qui nous porte loin, très loin. "Truth", habile reprise de New Order, viendra fermer cet enchainement quasi parfait.

Le reste du cd se laisse apprécier plus "legèrement". Des compositions plus clichés pointeront le bout de leur nez comme "Terre haute", et c'est une de celle-ci qui fermera l'album, nous laissant de jolies images en tête. Edwards a-t-il réussi son coup ? Assurément, l'objet présenté ici est des plus charmeurs et possède un fort caractère peut-être plus à même de charmer que l'opus précédent. A écouter donc, voire à acheter les yeux fermés, les amateurs seront conquis.

http://img10.hostingpics.net/pics/207088wovenhand_cover2.jpg

Wovenhand, The treshingfloor, sorti en juin 2010 chez Glitterhouse Records
Myspace 

Publié dans Musique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article